Quel est le meilleur programme ? Affiliation ou marketing de réseau ? Partie 1 : Affiliation

Share

Principalement, il existe deux types distincts d’affiliations.

D’abord, il y a l’affiliation web, dans laquelle on distingue les services de régies publicitaires qui proposent une rémunération au clic ou par milliers d’affichages aux webmasters diffusant de la publicité sur leur site Internet, les e-mails rémunérés, les PTP et les PTC où l’on gagne des points par visite ou clic sur notre page qui sont convertis en argent chaque fin de mois.

Ensuite il y a l‘affiliation marketing qui se compose essentiellement d’affaires de vente d’e-book et de boutiques en ligne.

Toutes les deux nécessitent d’avoir une grande liste de prospects réactifs, et de la renouveler continuellement pour contrecarrer un très faible taux de rétention.

Soyons clair : les vrais gagnants sont ceux qui sont à l’origine du système. Et même eux sont obligés de renouveler leurs produits sous peine de disparaître purement et simplement.

Les avantages sont un faible investissement de départ (parfois c’est même gratuit), des produits et services parfois utiles et intéressants, et un démarrage relativement « rapide ».

Les inconvénients résident dans l’absence de revenu résiduel, c’est à dire qu’il faut fournir un travail constant et continu sur une durée indéfinie, pour au final toucher de très faible commissions (pas plus de 45 euros par mois en moyenne), et il y a également les produits et services qui sont souvent du « réchauffé ».

Il en résulte une  impossibilité d’en vivre pour 98 % des affiliés, qui sont, en plus, bien souvent livré à eux-mêmes dès leur parrainage.

Celui qui veut se créer un petit revenu de quelques dizaines d’euros tout au plus  à court ou moyen terme, sans possibilité de revenu résiduel, et donc en travaillant continuellement choisira l’affiliation.

Si cet article vous a plu, partagez-le, et commentez-le. Si vous désirez en savoir plus, contactez-moi à l’aide du formulaire sur votre droite.

Share

2 comments

  1. Bonjour Ana et merci de ton appréciation :). Pour répondre à ta question, non ce n’est, à mon avis, pas plus ni moins difficile de travailler chez soi que dans les positions classiques.

    Par exemple quand tu es salariée, tu démarres au bas de l’échelle et tu dois te fixer des objectifs pour gravir les échelons. Sinon tu stagnes. En marketing de réseau c’est pareil, ton objectif doit être de gravir les différentes position que te propose la société avec laquelle tu t’associes, pour à chaque fois atteindre l’objectif que tu te fixes, jusqu’à atteindre la position que tu vises au final et qui t’apportera le revenu dont tu as besoin/envie pour réaliser ton objectif de vie.

    Personnellement je ne me défini pas comme un vendeur à domicile, car le marketing de réseau est avant tout une affaire d’enseignement et d’entraide, mais pour répondre à ta question, le plus grand désavantage est en même temps le plus grand avantage : celui d’avoir une plus grande liberté. Parfois certains se perdent en route et oublient qu’il s’agit d’une activité professionnelle qui requiert travail, patience, persévérance et régularité dans de petites actions quotidiennes qui, cumulées, apporteront le succès tant désiré. C’est d’ailleurs valable pour toute activité indépendante où l’on est son propre patron : il faut être à la fois son meilleur patron et son pire patron ;).

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.