5 pistes pour choisir judicieusement une entreprise de marketing en réseau

Share

Avec le printemps, les « super-entreprises » de marketing en réseau fleurissent et les gens les rejoignent sans prendre la peine d’étudier à fond chacune d’entre-elles. Beaucoup abandonnent par la suite, estimant que les promesses n’ont pas été tenues et viennent grossir les rangs des déçus.

Pourtant il existe 5 pistes à suivre pour faire un choix judicieux.

La première est de vérifier l’intégrité des dirigeants de l’entreprise et de s’assurer de leur expérience dans le marketing de réseau. Lorsqu’ils ont été eux-même distributeurs, ils sont d’autant plus à même de diriger une compagnie dans cette industrie.

Ensuite, il faut évaluer si c’est le bon moment pour le produit, c’est à dire s’il a un marché suffisamment important, et le bon moment pour l’entreprise. Il convient d’éviter les entreprises trop jeunes et celles présentes sur un marché trop volatile (ex : la finance).

A propos du produit justement, il doit absolument être consommable, et apporter un vrai plus dans la vie des gens, et ne doit pas servir d’excuse pour masquer un système de vente pyramidale.

Concernant le plan de compensation, il doit permettre à tous de gagner de l’argent.

En effet, l’immense majorité des gens qui démarrent dans le marketing en réseau ont un travail salarié à côté, et ne peuvent donc y consacrer que quelques heures par semaine, et doivent eux aussi avoir la possibilité de construire leur revenu petit à petit sans que cela ne dure 40 ans, et sans y sacrifier leur vie de famille.

Enfin, il est indispensable de disposer d’un système de formation efficace et reproductible par la majorité des gens, et pas uniquement pour les 3 % de vendeurs nés.

Si cet article vous a plu, partagez-le, et commentez-le. Si vous désirez en savoir plus, contactez-moi à l’aide du formulaire sur votre droite.

Share

3 comments

  1. Très bel article qui résume ce que DOIT regarder les personnes dans une société AVANT de commencer..
    Une petite remarque: il ne faut pas tenir compte je pense de la réussite financière d’une personne se trouvant dans une entreprise. N’oublions pas que certaines personnes peuvent réussir dans n’importe quelles sociétés et que donc il faut regarder ça avec du recul..

    Merci Eric

  2. Bonjour,

    Quelques commentaires
    « La première est de vérifier l’intégrité des dirigeants de l’entreprise et de s’assurer de leur expérience dans le marketing de réseau. Lorsqu’ils ont été eux-même distributeurs, ils sont d’autant plus à même de diriger une compagnie dans cette industrie. »
    Entre développer un réseau et diriger une entreprise, il y a beaucoup de différences, ce n’est pas du tout le même monde. Des sociétés sont sur ce marché depuis des dizaines d’années lors que leurs dirigeants n’ont jamais été distributeurs, alors que des sociétés lancées par d’anciens distributeurs n’ont durée que quelques années…

    « Ensuite, il faut évaluer si c’est le bon moment pour le produit, c’est à dire s’il a un marché suffisamment important, et le bon moment pour l’entreprise. Il convient d’éviter les entreprises trop jeunes et celles présentes sur un marché trop volatile (ex : la finance). »
    En plus du bon moment pour le produit, il faut aussi regarder son prix de vente, est-il concurrentiel ou a t-il était gonflé pour pouvoir payer des commissions…
    Si tout a été vérifié, notoriétés et savoir faire des dirigeants, moyens financiers, produits, marchés et si nous avons une vision de l’avenir de cette société, il faut partir de suite dès qu’elle ouvre (heureusement d’ailleurs sinon beaucoup d’entreprises n’enseraient pas où elles en sont aujourd’hui)
    l’exemple de la finance ne me parait pas très judicieux car comme pour la médecine, les métiers liés à la finance sont réglementés en France et il n’est pas possible de faire la promotion de produits financiers sauf à avoir un aggréement.

    A bientôt
    Claude

  3. Merci Loïc et Claude pour vos commentaires 🙂 .

    Oui Claude diriger et être distributeur n’est pas du tout le même monde. C’est pour ça qu’un dirigeant d’entreprise traditionnelle qui lance une compagnie de MLM aura tendance à considérer les distributeurs comme ses employés plutôt que comme des indépendants.

    Et dans le contrat (ou les politiques et procédures) tu auras des clauses comme « la société X pourra résilié le distributeur à tout moment et pour quelque raison que ce soit » et/ou « la société peut choisir de renouveler ou non l’agrément sans justification » et/ou « le distributeur est tenu à des obligations de supervision, de communication, et de formation quelque soit son niveau d’accomplissement, et il devra trouver de nouveaux clients /distributeurs à hauteur de X tous les mois ». Peut-être formulées plus subtilement mais tu vois l’idée. Et avant que tu le dises : non ce n’est PAS une fatalité !

    Pour le produit à 100 % d’accord ! J’ai d’ailleurs vu un nouveau concept où on vend ce que l’on trouve par ailleurs gratuitement sur Internet … complètement fou ce truc et illégal !!

    Si tout a été vérifié et si tu es un leader qui gagne déjà sa vie grâce au résiduel et qui est entouré de leaders pour qui il en va de même oui. Mais PAS le distributeur lambda qui démarre de zéro.

    Tout à fait d’accord avec toi pour la finance : c’est pour ça que je la cite parmi les marchés trop volatiles 😉

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.