Comment surmonter l’anxiété sociale et la timidité

Dans notre monde actuel, on prône la lutte, les challenges, et la réussite personnelle. Ceux qui réussissent sont ceux qui font preuve d’éloquence et qui sont sûrs d’eux à 100 %. A côté de ces leaders, ceux qui sont timides se sentent bien souvent exclus et défavorisés. Pourtant, il pourrait en être autrement.

L’anxiété sociale, dont la timidité est la manifestation la plus courante, peut se définir par la peur du contact avec l’autre ou plus généralement de parler en public. En fait, on redoute d’être jugé par autrui, et la crainte de faire une mauvaise impression, de paraître sans intérêt ou de se sentir humilié, s’ancre alors profondément.

Les symptômes de cette phobie sociale sont bien connus. Le plus souvent, il s’agit de sueurs froides, d’insomnies, de tremblements incontrôlés, d’une nervosité continue accompagnée de nausées, de borborygmes (gargouillis intestinaux), voire même d’impossibilité d’avaler quoique ce soit.

Dans certains cas extrêmes, il peut même y avoir des conséquences médicales graves si rien n’est fait pour corriger le tir.

La raison principale de ce handicap est elle aussi connue, mais peu évoquée et peu combattue en général. Il s’agit d’une mauvaise image de soi due à une autosuggestion négative continuelle, ou à des moqueries ou dévaluations de la part de proches, d’amis, ou de parents.

Pour vaincre la timidité et donc diminuer, voire faire disparaître l’anxiété sociale, il convient de prendre le temps de se relaxer environ une demie-heure par jour. Ensuite, il faut commencer par se fixer de petits objectifs (exemple : rentrer dans un commerce ou demander l’heure à un passant) qui deviendront de plus en plus importants avec le temps.

Puis, il faudra visualiser l’accomplissement de chaque objectif dans la facilité et le lâcher-prise, avant de passer à l’action très progressivement et sans se mettre la pression.

Ces petits efforts quotidiens sont un petit prix à payer pour retrouver sa confiance en soi et profiter à nouveau d’une vie pleine.

Si cet article vous a plu, partagez-le, et commentez-le. Si vous désirez en savoir plus, contactez-moi à l’aide du formulaire sur votre droite.

2 comments

  1. Bonjour Eric,

    Ton article résume très bien ce que l’on appelle aussi la phobie sociale. C’est en général présent depuis l’enfance.

    Quand on ressent les symptômes que tu décris, il est préférable de consulter un thérapeute. La thérapie cognitive et la sophrologie peuvent s’avérer très efficaces. Le suivi offre un très gros avantage. C’est la reconnaissance de la souffrance par un quelqu’un et ça c’est précieux.

    On peut tous faire notre chemin en restant nous même mais en ne se laissant pas gâcher la vie par nos peurs. Je précise qu’il est important de rester soi même parce que les personnes timides sont plutôt attentives et à l’écoute des autres et elles ont le soucis de ne surtout blesser personne.

    A bientôt

    Sylvie

  2. Salut Sylvie 🙂

    Merci pour ce commentaire plein de Valeur avec lequel je suis entièrement d’accord !

    Consulter un professionnel dans ce cas, est quelque chose de très salutaire et comme tu le soulignes, permettra à la personne de se retrouver avec elle-même et d’atteindre cette paix intérieure, nécessaire pour être en paix avec les autres également.

    Merci encore 🙂

    Eric

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *